Katana, le sabre du samouraï

Nos forgerons vous proposent des katanas forgés à la main, pour la plupart en acier T10 et tous aiguisables. Katana Japonais, Tanto ou Wakizashi, pour la décoration, l’entraînement ou la coupe, découvrez nos sabres de samouraï.

Show Filters

Affichage de 1–12 sur 18 résultats

Affichage de 1–12 sur 18 résultats

Le Katana, le sabre des samouraïs !

Le katana, emblème indissociable de la caste des samouraïs, transcende le simple statut d’arme pour devenir une œuvre religieuse et d’art. Ce sabre japonais, à la lame courbe et tranchante comme un rasoir d’un côté oscillent entre 60 et 80 cm et associe élégance et efficacité mortelle. Porté avec majesté glissé dans son fourreau au niveau de la ceinture (Obi), le tranchant orienté vers le ciel, il se porte en symbiose avec le Wakizashi, un sabre plus petit formant le Daishō(大小).

Bien plus qu’une simple arme de taille et d’estoc, le katana s’érige en chef-d’œuvre forgé par l’homme, son tranchant affûté dévoilant l’art subtil de la trempe sélective, illustrée par le Hamon. Au cours de l’ère féodale, il s’impose comme le digne successeur du Tachi, éclipsant ses prédécesseurs dès le 15ème siècle.

La noblesse du katana en métal s’étend au-delà de sa lame. Le fourreau, baptisé saya, est le sanctuaire protecteur du Katana tandis que la garde appelé Tsuba est souvent une œuvre d’art unique et complexe. Des détails minutieux, tels que le menuki et le tsuka-ito ornant le manche, le habaki en laiton, et le fuchi ainsi que le kashira (col de manche et capuchon) œuvrent en tandem pour sublimer la Tsuka (pommeau/manche), transformant chaque katana en une pièce inimitable, imprégnée d’histoire et de maîtrise artisanale.

Le mot katana désigne souvent à tort l’ensemble des sabres japonais comme le Tachi, l’uchigatana ou encore les Shinkens cependant chaque type de sabre à son nom et ses caractéristiques uniques.

Qui sont les samouraïs ?

L’épopée des samouraïs (侍), gravée dans les annales japonaises pendant sept siècles (1185 – 1867), révèle une évolution fascinante, façonnant la trame même de la société nipponne. Parmi les joyaux de leur arsenal, les guerriers vénéraient par-dessus tout un duo d’acier, deux sabres : le katana (刀), acclamé comme la lame ultime, et le wakizashi (脇差), compagnon inséparable, fusionnant ainsi dans l’harmonie du daishō.

Au fil du temps, la vocation des samouraïs a mué, passant d’une caste guerrière à une conscription défaillante pour finalement émerger comme une strate sociale éminente. Cette métamorphose s’étend au-delà de leur rôle social et des champs de bataille, autre fois cavalier revêtue d’armure, à des riches et puissants hommes d’affaires ou maîtres en kimono. Dans ce kaléidoscope d’évolution, leurs habillements, protections et armes ont modelé une identité unique, témoignant d’une adaptation perpétuelle aux vicissitudes du temps. Les samouraïs respectent le code moral du Bushido.

L’ancêtre du Katana, le Tachi

Le tachi (太刀), prédécesseur du katana, est un sabre japonais principalement en usage jusqu’au XIIIe siècle, classifié en tant que jōkotō (上古刀) représentant les épées antérieures au milieu de l’ère Heian (794-1185). Arborant une lame d’environ 70 cm, le tachi se distingue par sa courbure plus prononcée, particulièrement marquée sur le tiers initial de la lame, le différenciant ainsi du katana. L’évolution du tsuka (poignée) peut varier, arborant des courbures ou des formes plus droites selon les époques.
Cependant, la singularité du tachi ne réside pas uniquement dans ses caractéristiques physiques. Sa distinction majeure se trouve dans sa monture et la manière spécifique dont il est porté.

Les autres sabres utilisés par les samouraïs et leurs descendants :

Le wakizashi

Le wakizashi, le “frère cadet” du katana, est porté par les samouraïs en complément du Katana, considéré comme la lame principale. Sa lame est invariablement longue et mesure entre 30 et 60 cm.

Les katana d’entrainement :

Bokken

Le bokken est une réplique en bois du katana, reproduisant fidèlement la forme emblématique de la lame. Son utilité s’étend à travers divers arts martiaux tels que l’aïkido (合気道) , le iaïdo (居合道), dédié à l’art de dégainer le sabre, le jodo (杖道), la voie du bâton, le kendo (剣道), la pratique du sabre, le kenjutsu, l’art de la technique du sabre(剣術), et le ninjutsu (忍術), maîtrise de la persévérance. Le bokken est ainsi le katana d’entrainement incontournable.

Le Iaïto

L’émergence du Iaito remonte aux années environ 1960, trouvant sa genèse dans les nouvelles lois et régulations japonaises de l’époque. Cette création répondait à la nécessité de se conformer à ces normes tout en préservant la tradition des arts martiaux. Depuis lors, des artisans japonais, imprégnés de l’héritage du Nihonto (épée japonaise), ont développé un savoir-faire inégalé, confinant cette expertise au sein des frontières du Japon.

Le Iaito, un sabre d’entraînement dépourvu de tranchant, a été conçu pour s’adapter aux disciplines telles que le Iaido, l’Aïkido ou le Iaijutsu.

Sa lame peut être façonnée en aluminium, en acier inoxydable, en alliage ou en acier au carbone, offrant ainsi une variété d’options pour répondre aux besoins des pratiquants. Disponible dans différentes longueurs de lame, le Iaito s’adapte aux divers modèles et aux dimensions des utilisateurs.

Au-delà des considérations légales, le Iaito devient un moyen sûr et authentique de pratiquer les katas, complétant le bokken nécessaire pour débuter dans l’art du sabre. En se façonnant comme une réplique du katana, le Iaito, dédié à la maîtrise du Iaido et du Iaijutsu, transcende son origine législative pour devenir un symbole vivant de l’engagement envers les arts martiaux japonais.

Le Shikomitsue

Le Shikomitsue (仕込み杖), également connu comme la canne d’entraînement, est une variation de la canne-épée qui a été mise en lumière par la télévision et le cinéma, notamment à travers des productions telles que Zatoïchi (座頭市, Zatōichi).

Le tanto japonais

Le tantō, une lame japonaise légèrement incurvée à un seul tranchant, se distingue par une taille de lame généralement inférieure à 30 cm, faisant de lui le troisième et plus petit sabre emblématique des samouraïs.

Le tantō, catégorisé en tant que “Tanto” lorsque sa lame mesure 30 cm ou moins, a connu ses premières utilisations en tant qu’arme complémentaire pour les samouraïs à cheval.

Dans l’art du combat rapproché, les samouraïs ciblaient les zones non protégées de l’armure de leurs ennemis. Au-delà du champ de bataille, le tantō revêt une signification symbolique lors des mariages traditionnels japonais, offert en cadeau à la mariée par sa famille. Il est perçu comme une protection sacrée contre les forces maléfiques.

Ce poignard court présente une lame tranchante d’un seul côté, pouvant être doté ou non d’une garde (Tsuba). Fabriqués dans les mêmes forges que les katanas, ces tantōs sont souvent forgés en acier damas, ajoutant une touche d’élégance à leur redoutable fonctionnalité. Chacun incarne ainsi l’essence de la dualité du samouraï, alliant grâce et puissance dans un ensemble compact mais empreint de significations profondes.

Le sabre des ninjas est le ninjato

Le ninjato (忍者刀 Ninjatō) a-t-il été le choix privilégié des ninjas, ces agents furtifs vêtus de noir, comme l’ont suggéré les représentations cinématographiques, les mangas et les jeux vidéo pendant des décennies ? Probablement pas. Cependant, l’empreinte de ce sabre à lame droite persiste, bien que davantage en tant qu’objet de collection qu’en tant qu’outil d’entraînement aux arts martiaux. Ces sabres japonais défient notre vision traditionnelle des samouraïs affrontant des ninjas aux méthodes de combat non conventionnelles.

Les ninjas, formés au ninjutsu, une technique de combat secrète, se consacrent principalement à des missions d’espionnage. Tout comme le Bushido des samouraïs japonais, les ninjas adhèrent à un ensemble de codes spécifiques et sont souvent associés à des armes à lame droite, comme le “Ninjato”.

Dans l’imagination populaire occidentale, le ninja est souvent dépeint comme un artiste martial habile utilisant des armes spéciales telles que des shurikens, des griffes et des kunaï pour accomplir ses missions. Ainsi, le mystère entourant le ninjato persiste, alimentant une fascination qui va au-delà de la réalité historique, mais qui continue à captiver les esprits grâce à son aura de mystère et de légende.

Les Budō, art et héritage philosophique et technique des Samouraïs

Les Budō (武道), héritage des samouraïs inspiré des écrits comme ceux de Miyamoto Musashi, s’est intégré profondément dans la culture japonaise, tandis que le Bushido demeure le code moral emblématique de cette classe guerrière. Les Budō, regroupant les arts martiaux japonais émergés entre le 19e et le 20e siècle, incluent des pratiques renommées telles que le karaté, le judo, l’aïkido, le iaido et le kendo, inspirés des bujutsu (武術), techniques guerrières utilisées par les samourais, tels que le jūjutsu, le kenjutsu et l’aikijūjutsu (Jutsu (術) se traduit par « art » ou « technique »).

Ces Budō contemporains diffèrent de leurs ancêtres, mettant moins l’accent sur l’efficacité en situation réelle que sur le perfectionnement individuel à travers la pratique assidue des techniques acquises au cours des entraînements. Aujourd’hui, l’utilisation d’un matériel de qualité, tel que des bokken (armes en bois), des bâtons, des couteaux de pratique, ainsi que des protections et des tenues soigneusement sélectionnés, offre un confort optimal pour atteindre les sommets de son potentiel au cours de cette quête personnelle de maîtrise physique et psychique.

Faq

Comment s’appelle le sabre de samouraï ? Comment s’appelle l’épée d’un samouraï ?

Le sabre traditionnel des samouraïs est appelé “katana”.

Quel est le prix d’un sabre de samouraï ?

Le prix d’un katana peut varier considérablement en fonction de plusieurs facteurs tels que la qualité de la lame, le type de matériaux utilisés, la renommée du forgeron, et s’il s’agit d’une réplique de collection ou d’un katana fonctionnel. Les prix peuvent aller de quelques centaines à plusieurs milliers de dollars.

Pourquoi les samouraïs ont deux sabres ?

Les samouraïs portaient souvent deux sabres, un long appelé “katana” et un plus court appelé “wakizashi”. Ensemble, ces deux sabres forment le “daishō”, un symbole du statut et de l’honneur du samouraï.

Quelle est la différence entre un sabre et un katana ?

La différence entre un sabre et un katana réside dans la terminologie et la conception. “Sabre” est un terme générique pour une épée courbe à un seul tranchant, tandis que le “katana” est spécifique à la tradition japonaise, se référant à une épée japonaise à lame courbe, généralement avec une longueur de 60 à 80 cm. Ainsi, tout katana est un type de sabre, mais tous les sabres ne sont pas des katanas.